Communauté de Communes  Les Sorgues du Comtat

340, Boulevard d’Avignon CS6075 - 84 170 Monteux - 04 90 61 15 50

Ouverture  du lundi au vendredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h

Accès direct

Situation

le Territoire

Photo du mois

Octobre 2017

Le Conseil Départemental en visite territoriale dans les Sorgues du Comtat
Agenda culture et festivités
Le Conseil Départemental en visite territoriale dans les Sorgues du Comtat
Actualités
Les Métiers d'Art se sont mis en scène le temps d'un week-end !
5 communes à la une !
CADEAU : Créez votre VIDEO SOUVENIR PERSONNALISÉE !
Parc SPIROU : Première Pierre posée !
Faites entrer l'art sur votre lieu de travail
Restriction de prélèvement d’eau
Villes fleuries : Après Pernes, 3 fleurs pour Monteux !
French Tech Culture : Vivier de start-up à Althen !

 

 

La protection de l’environnement est une préoccupation majeure des Sorgues du Comtat, et naturellement du service « Espaces Verts » qui veille à travailler de manière raisonnée en conciliant respect de la biodiversité, préservation des ressources naturelles et maintien d’un cadre de vie agréable.

 

HerbesFolles En tant que gestionnaire des voiries, la collectivité se doit de maîtriser la végétation spontanée pour de multiples raisons comme la sécurisation des bords de routes, la visibilité des panneaux routiers, le respect de la santé publique ou plus simplement l’esthétisme. Malgré tout, le lien entre désherbage, tonte et propreté reste surtout un idéal culturel solidement ancré dans les mœurs depuis plusieurs décennies. Mais la loi de transition énergétique va venir modifier cette situation puisque la loi Labbé prévoit qu’à compter du 1er janvier 2017 les espaces publics passeront en « zéro phyto », c’est-à-dire que les collectivités ne pourront plus acheter ni appliquer de produits herbicides ; une interdiction étendue aux particuliers en 2019. Il sera dès lors impossible de conserver le niveau d’entretien actuel sur l’ensemble du territoire et notre regard sur la végétation spontanée va donc devoir changer !

 

 

Les dangers des produits phytosanitaires
ZeroPhytoPernesAujourd’hui la France est le premier consommateur de produits phytosanitaires en Europe et le troisième au niveau mondial. Ces produits sont à l’origine destinés à protéger les espèces végétales cultivées contre les maladies et les insectes, généralement pour améliorer les rendements. On associe souvent les pesticides à l’agriculture, où leur utilisation intensive a permis de réels progrès. Pourtant, 10% de la consommation concerne des usages non agricoles, essentiellement les parcs et jardins où ils sont utilisés pour supprimer l’herbe et traiter les végétaux d’ornement.
Mais ces substances sont toxiques et présentent des dangers pour la biodiversité animale et végétale. Or seulement 10% des quantités appliquées atteignent réellement leur cible, le reste étant disséminé dans l'environnement ! Des résidus de pesticides sont ainsi retrouvés dans les eaux de pluie, les rivières, les nappes phréatiques, l’air et les sols, mais aussi dans les fruits, légumes, céréales et produits d’origine animale : une accumulation de substances nocives qui peut avoir des conséquences graves et met en danger tout notre écosystème !

 

Des solutions à trouver
AgentEspaceVertDepuis plusieurs années déjà, nos collectivités se sont engagées dans un réel effort de réduction de l’utilisation des produits chimiques. A Pernes le passage au « zérophyto » a été obligatoire lors de l’intégration de la commune au programme « Abeilles sentinelles », un changement radical dont la population a rapidement pu constater les effets et qui a incontestablement contribué à l’obtention et au renouvellement du Label 3 Fleurs (voir p.12). A Monteux, le changement de pratiques est passé par la mise en place d’un plan de gestion différenciée des espaces publics qui concerne le désherbage, la tonte ou encore le fauchage. Althen expérimente également la plantation de sedum, plante couvrante qui limite le développement des herbes folles. Enfin, la création de massifs méditerranéens, avec géotextile et paillage végétal (copeaux ou résidus de taille broyés) ou minéral (Pouzzolane, graviers ou galets) s’est généralisée dans nos trois communes. Le 1er janvier prochain, c’est la réglementation qui imposera à tous une même ligne à suivre, à savoir le « zérophyto » dans tous les parcs et les jardins ouverts au public (les stades et les cimetières n’étant pour l’instant pas concernés sous conditions).

Aux Sorgues du Comtat, un plan de désherbage est actuellement en cours d’élaboration : cet outil permet de cartographier précisément l’ensemble du territoire afin de répertorier les zones à risque situées à proximité des cours d’eau ou des avaloirs, de diagnostiquer les espaces selon leur type de revêtement ou encore de classifier les voies, parcs et jardins en fonction de leur fréquentation. C’est une étape incontournable qui permettra ensuite aux équipes techniques de se conformer au mieux à la réglementation en adaptant leurs pratiques aux besoins, depuis un travail manuel intensif jusqu’à un allègement significatif des interventions en passant par des techniques mécaniques ou alternatives.

HerbesFolles 3

 

Changeons de regard sur nos paysages
Si les équipes techniques feront le nécessaire pour maintenir un cadre de vie agréable, il faut s’attendre à ce que l’arrêt complet de l’utilisation des herbicides entraîne de profonds changements dans nos paysages urbains. L’arrachage manuel des herbes, le fauchage ou encore le brûlage thermique ne permettront pas de garder partout le niveau actuel de désherbage ; parallèlement, même si le paillage ou encore les plantes couvre-sol permettent de maîtriser l’apparition d’adventices, ces techniques ne seront jamais aussi radicales que les produits chimiques. Nos villes vont donc devoir laisser une (petite) place à la végétation spontanée et leurs habitants changer de regard sur ces herbes qui ne sont finalement pas si « mauvaises » ou synonymes d’un manque d’entretien.